Dernières recettes

Beer Icicle arrive sur le marché et plus d'actualités

Beer Icicle arrive sur le marché et plus d'actualités

Dans le Media Mix d'aujourd'hui, la tendance peu originale de comparer la nourriture aux femmes, et la science spatiale pourrait-elle améliorer la bière ?

Ce nouveau gadget gardera vos bières (et sodas) au frais, ce qui signifie que vous pourrez boire aussi lentement que vous le souhaitez.

Le Daily Meal vous apporte les plus grandes nouvelles du monde de l'alimentation.

Technologie spatiale et bière : La Space Foundation s'est associée à des brasseries du Colorado pour discuter de la façon dont la technologie spatiale pourrait aider à améliorer la bière dans les domaines de la fermentation et de la réfrigération. Science! Explorer l'univers et le monde houblonné de la bière. [Indépendant de Colorado Springs]

Glaçon pour la bière : D'abord c'était le Corkcicle pour le vin, et maintenant il y a des mini beersicles pour garder votre bière au frais sans la diluer. [C'est pourquoi je suis fauché]

Métaphores alimentaires : Voici un excellent article sur les raisons pour lesquelles comparer la nourriture aux femmes est problématique et sexiste. [Ardoise]

Tenues de pastèque : Fabriquer des tenues pour bébé avec des pastèques est apparemment à la mode en Chine. Adorbes. [Kotaku]

Poursuite des dosettes de café : Nestlé se bat contre une décision au Royaume-Uni qui a statué en faveur d'un rival, Dualit, affirmant qu'elle enfreint la propriété intellectuelle des dosettes compatibles Nespresso. [Navigateur alimentaire]


Brassage de champ de blé : bière artisanale moderne sur un marché traditionnel

Je suis un snob de bière sans honte, je l'admets. Non, le snob est peut-être un peu trop dur. Disons plutôt que je suis un buveur de bière averti. Aussi omniprésente que puisse être la bière de grand nom, je tourne souvent le nez aux choix proposés. Trop gazeux, trop dilué, trop prévisible - j'ai parfois envie des profils plus raffinés que seule la bière artisanale peut offrir.

Je savais que la Corée du Sud avait des établissements qui s'adressaient aux palais les plus exigeants comme le mien, bien que ceux-ci soient rares. Et c'est ainsi que ma quête d'un meilleur breuvage a commencé. En parcourant Internet à la recherche des principaux bars à bière artisanale dans les environs de Gwangju à Jeollanam-do, deux noms ont continué à apparaître Wheat Field (une brasserie du marché de Songjeong) et Afterworks (sous le nom de Mudeung Brewery basé à Dongmyeongdong). Malheureusement, ce dernier est en train de changer de propriétaire, mais j'ai récemment pris le temps de m'arrêter à Wheat Field et de discuter de tout ce qui concerne la bière artisanale avec le directeur Gwon Soonho (권순호).

Situé dans le marché Songjeong de 1913, le Wheat Field propose une sélection compacte de bières artisanales de qualité, avec un menu dégustation composé de deux pilsners et de trois bières. Personnellement, j'apprécie une lager croustillante avec un peu de punch à la fin - quelque chose que les bières japonaises font particulièrement bien. Cela dit, j'étais certainement plus enclin à la signature Wheat Field Pilsner, mais les bières plus fruitées et ludiques n'étaient pas trop éloignées.

Selon Soonho, la Golden Ale est la plus populaire du menu, et il est facile de comprendre pourquoi. C'est une infusion facile à boire et bien équilibrée sans être trop bizarre sur l'échelle du goût. Une autre agréable surprise a été le Wheat Field Dunkel : une pilsner brune avec des notes riches et sombres de café et de caramel. Bien qu'il ait l'air d'un gros, cela aussi a été un régal. La Wheat Field IPA et la Weizen sont définitivement plus fruitées et ludiques que leurs compagnons de menu, un régal pour les buveurs de bière artisanale plus aventureux.

  • Photo : Stuart Hendricks
  • Photo : Stuart Hendricks

Si vous débutez dans la bière artisanale ou si vous êtes simplement submergé par la sélection proposée, voici une introduction rapide pour vous aider.

Ale : Les ales sont généralement plus rapides à brasser que les lagers, en raison de leurs températures de fermentation plus chaudes (de 15 à 25 degrés Celsius). Cela leur confère l'étiquette de «levures à fermentation haute» en raison de la manière dont la levure monte jusqu'au sommet de la cuve pendant le processus de brassage. Les levures ale sont connues pour leurs profils de saveurs variés, avec des variantes telles que les IPA (India Pale Ales), les stouts et les bières de blé (AKA weizen).

Lager : La levure de bière blonde fermente à des températures plus basses que les ales, allant de 7 à 15 degrés Celsius. Les lagers sont connues sous le nom de levures de « fermentation basse », en raison de l'enfoncement de la levure au fond de la cuve pendant le processus de brassage. Les variantes incluent les pilsners, les dunkels (bières brunes) et les bocks. Les profils de saveur ne sont généralement pas aussi complexes que les bières, avec une «bouche» plus croustillante et un arrière-goût occasionnel. Chose intéressante, le mot “lager” est dérivé du mot allemand “lagern,” signifiant “to stocker” – une référence claire au temps qu'il faut pour brasser une lager de qualité.

Photo : Stuart Hendricks

Il ne fait aucun doute que l'industrie de la bière artisanale a été touchée par la crise du coronavirus. Comme l'explique Soonho, le prix élevé de la bière artisanale par rapport à la bière ordinaire, ainsi que Covid-19, signifie que des brasseries comme Wheat Field ont connu une baisse notable de la clientèle. Avec des épidémies apparemment sous contrôle, il espère que les clients afflueront à nouveau vers le point d'eau.


Contenu

Histoire ancienne Modifier

La Hudepohl Brewing Company est devenue l'une des nombreuses brasseries de Cincinnati à prospérer dans la ville reine dans les années 1880. Des vagues d'immigrants allemands ont commencé à s'installer dans et autour de Cincinnati dans les années 1850 et 60. Ces immigrants avaient un goût pour la bière blonde de leur pays d'origine et les barons allemands de la bière de Cincinnati n'étaient que trop disposés à répondre à la demande. Hudepohl brassait de la lager dorée, de la lager brune, de la bière bock de saison et plusieurs autres styles régionaux de lager qui étaient populaires dans la patrie allemande. Au milieu des années 1890, la production annuelle de Hudepohl était de 100 000 barils de bière. [2]

Hudepohl figurait parmi les 5 meilleurs brasseurs de Cincinnati lorsque la Prohibition a frappé le pays en 1918. Hudepohl a survécu à la Prohibition en fabriquant de la bière et des boissons non alcoolisées. En 1933, la Prohibition a été abrogée et Hudepohl a rapidement replongé dans le commerce de la bière. En deux ans, Hudepohl devenait clairement le brasseur dominant à Cincinnati. L'entreprise vendait tout ce qu'elle pouvait fabriquer sur son marché intérieur et ne voyait vraiment pas le besoin immédiat d'« exporter » de la bière vers d'autres États. S'écarter de cette philosophie reviendrait hanter Hudepohl et la plupart des autres brasseurs régionaux dans les décennies à venir. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la bière Hudepohl faisait partie des bières sélectionnées par le ministère de la Guerre pour être utilisées par les troupes américaines dans le Pacifique. Des boîtes spéciales Crowntainer vert olive, produites par Crown Cork and Seal Company, mais portant une étiquette Hudepohl, ont été remplies à la brasserie de Cincinnati puis emballées dans des caisses avec de la paille avant d'être expédiées à l'étranger. De nombreux cas de bière Hudepohl ont en fait été parachutés aux troupes sur des îles à travers le Pacifique.

Entreprise en expansion Modifier

Les années d'après-guerre sont marquées par l'expansion continue de la Brasserie Hudepohl. L'entreprise a même acheté une deuxième brasserie à un concurrent local et a exploité les deux usines pendant de nombreuses années afin de répondre à la demande. Cependant, la fin des années 1950 et le début des années 1960 ont vu une infiltration accrue du marché de marques nationales telles que Schlitz, Pabst, Blatz et Budweiser. Au fil du temps, bon nombre de ces marques, ainsi que de puissants concurrents régionaux comme Stroh's, réduiraient la domination de Hudepohl sur le marché de Cincinnati et du nord du Kentucky. Les brasseries de Cincinnati fermaient lentement leurs portes. Red Top Brewing Company a fermé à la fin des années 1950, la Bavarian Brewing Company, juste de l'autre côté de la rivière Ohio à Covington, Kentucky, a fermé en 1966. En 1973, Burger Brewing Company, une marque autrefois dominante à Cincinnati, a annoncé sa fermeture. Hudepohl est intervenu et a acheté les marques et les recettes de Burger, notamment Burger Beer, Bohemian Tap et Red Lion Malt Liquor. Burger Beer est devenu la marque à petit prix de Hudepohl.

Hudepohl a continué à lutter contre l'érosion du marché provoquée par l'afflux de marques nationales. Hudepohl a tenté de s'étendre au niveau régional, mais avec un succès limité. Si la société avait suivi l'exemple d'Anheuser-Busch et de Pabst et s'était tournée vers un marché national au cours de ses premières années, elle aurait pu devenir une centrale électrique.

Christian Moerlein de Hudepohl Modifier

En 1981, Hudepohl a lancé une nouvelle marque de bière super premium appelée Christian Moerlein Cincinnati Select Lager. La marque a été nommée d'après un brasseur populaire de Cincinnati avant la prohibition. La bière était plus savoureuse et avait une couleur dorée plus profonde et plus riche que la plupart des bières américaines de l'époque. Hudepohl avait l'intention de suivre l'exemple de la marque Anchor Steam de San Francisco sur le marché de la bière de spécialité. À l'époque, il n'y avait qu'une poignée de bières de spécialité aux États-Unis, donc Christian Moerlein était le plus souvent comparé aux bières européennes importées. La marque Moerlein s'est avérée populaire, propulsée par un budget publicitaire initial de 1 million de dollars. Bientôt, Hudepohl a présenté la bière Christian Moerlein Doppel Dark comme marque compagnon. Si les marques Moerlein ont eu du succès, elles n'ont pas représenté un volume suffisant pour sauver la Hudepohl Brewing Company. Les principales marques de la société, Hudepohl 14-K et Hudy Delight (introduites en 1978) étaient des bières locales fortes mais perdaient des parts de marché croissantes au profit de Budweiser, Stroh's, Schlitz et Pabst. La bière Wiedemann, qui était brassée de l'autre côté de la rivière à Newport, dans le Kentucky, avait été achetée par G. Heileman Brewing Company de La Crosse, dans le Wisconsin, au début des années 1970. La force marketing de Heileman a permis à Wiedemann de rester compétitif et l'a aidé à devenir également un concurrent majeur de Hudepohl.

Les temps sont durs à Hudepohl Modifier

Hudepohl a célébré son 100e anniversaire en 1985, mais les affaires étaient en panne et le président de l'entreprise, Bob Pohl, a commencé à chercher un acheteur ou un partenaire de fusion. En 1986, Hudepohl a été vendue à son rival de Crosstown, Schoenling Brewing Company, fabricants de Little Kings Cream Ale, Schoenling Lager, Top Hat Beer et Fehr's X/L (à l'origine une marque de Louisville qui a été achetée par Schoenling lorsque Frank Fehr Brewing Company a fermé dans le années 1960). Pendant environ un an, la Hudepohl-Schoenling Brewing Company a continué d'exploiter l'usine Hudepohl sur Gest Street tandis que la capacité a été augmentée à l'usine Schoenling au 1625 Central Parkway. En 1987, toute la production de bière a été déplacée vers l'usine de Schoenling et l'usine de Hudepohl a été fermée. La plupart des bâtiments abandonnés sont toujours debout en 2015, y compris une cheminée géante portant le nom Hudepohl. [3] En 2019, l'ancien site de la brasserie Hudepohl d'origine, y compris la cheminée emblématique, a été démoli après des années d'inoccupation. [4]

Hudepohl-Schoenling a opéré à Cincinnati en tant que brasseur indépendant jusqu'à la fin de 1997, lorsque la brasserie a été vendue à Boston Beer Company, les brasseurs de Samuel Adams Beer. Les marques Hudepohl-Schoenling continueraient d'être brassées et conditionnées à Cincinnati sous contrat par la Boston Beer Company, qui avait rebaptisé la brasserie Schoenling "Samuel Adams Brewery". Cet arrangement s'est poursuivi jusqu'en 2001, date à laquelle le contrat n'a pas été renouvelé par la Boston Beer Company. [5]

Hudepohl-Schoenling a continué à fonctionner en tant que société de vente et de marketing pour ses nombreuses marques de bière, dont Little Kings Cream Ale, Hudy Delight, Hudy Gold, Christian Moerlein, Mt. Liqueur de malt Everest, Burger et Burger Light. La société a également produit une gamme à succès de thés glacés et de jus de fruits sous le nom de Tradewinds. Hudepohl-Schoenling était également l'importateur et le principal distributeur de Whitbread Pale Ale, Mackeson Stout et Cerveza Panama. La société a également servi de distributeur principal pour Anchor Steam Beer dans l'Ohio, le Kentucky et le Tennessee. Les droits de ces marques sont allés à Royal Imports, LLC de Cincinnati.

En 1999, la famille Lichtendahl, qui dominait le groupe de propriété Hudepohl-Schoenling, a choisi de se retirer du commerce de la bière. Ils ont conservé la gamme de boissons à base de thé glacé et de jus de fruits Tradewinds, mais ont vendu les marques de bière nationales à Crooked River Brewing Company, basée à Cleveland, qui est finalement devenue Snyder International Brewing Group. Snyder International a également acheté la Frederick Brewing Company de Frederick, dans le Maryland en 1999. La brasserie Frederick était sous-utilisée et la production de marques Hudepohl-Schoenling en bouteille et en fût s'est donc déplacée vers la brasserie Frederick. Étant donné que Frederick n'avait pas d'installation de mise en conserve, la production de Hudy Delight, de Burger Beer et de Burger Light en canettes a été transférée à City Brewery à La Crosse, dans le Wisconsin, en vertu d'un accord contractuel spécial.

Revenir à Brasserie Modifier

En mars 2004, Gregory Hardman, un résident du Grand Cincinnati et vétéran de l'industrie des boissons, a acheté les marques et les recettes de Christian Moerlein de Snyder International Beverage Group, ramenant la propriété locale à Cincinnati. À cette époque, il a également obtenu un premier droit de refus de Snyder pour toutes les autres marques, recettes et marques déposées de la société brassicole Hudepohl-Schoenling si elles devaient être vendues à l'avenir. Le 1er mai 2006, la Christian Moerlein Brewing Company de M. Hardman et un groupe d'investissement privé ont acheté toutes les marques et recettes restantes de la Hudepohl-Schoenling Brewing Company.

Depuis 2014, toutes les bières Hudepohl vendues dans la salle des robinets Christian Moerlein sont brassées dans la brasserie Christian Moerlein sur Moore Street à Cincinnati. En 2015, Hudepohl a changé la formule de sa bière Hudy Amber Lager, l'a renommée Hudepohl Pure Lager et a ramené son brassage à Cincinnati. [6]

Fin 2019, un nouveau groupe de propriétaires a pris une participation dans Christian Moerlein, la renommant Cincinnati Beverage Company (CinBev). [7] Au printemps 2020, deux nouvelles saveurs de Little Kings sont entrées sur le marché. Ceux-ci seraient Blood Orange et Agave Lime. [8]


Stone Brewing Co. 2.0s : comment les nouvelles bières se comparent aux anciennes

Deux nouvelles versions des bières Stone toute l'année sont désormais disponibles en bouteilles et à la pression.

Les bières reformulées de Stone Brewing Co. sont arrivées dans la rue, comment se comparent-elles aux classiques qu'elles ont remplacées ?

Deux des nouvelles versions des bières de Stone toute l'année sont désormais disponibles en bouteilles et à la pression, et la brasserie artisanale a présenté un nouveau membre de sa famille Arrogant Bastard. Jetons un coup d'œil à la façon dont ces bières redux se comparent à leurs homologues classiques et à la façon dont elles s'intègrent dans l'ensemble de la scène de la bière artisanale en évolution rapide.

Apporter des changements radicaux à l'une des recettes originales qui ont aidé à mettre la brasserie sur la carte de la bière artisanale a été une grande surprise pour beaucoup. La Stone Pale Ale classique était un exemple remarquable du style de bière blonde américaine qui affichait en fait un caractère de malt distinctif sous tous ces houblons. Ce n'était peut-être pas la bière artisanale la plus flashy de la liste des robinets, mais c'était un pilier.

Stone Pale Ale 2.0 est un départ complet. L'épine dorsale riche et caramel de l'original a été remplacée par une présence de malt sec et tamisé, et le caractère classique de pin et de houblon d'agrumes s'est transformé en un profil plus moderne, tropical et complexe. La nouvelle bière a une amertume perçue plus élevée, mais le corps plus léger la garde beaucoup buvable.

Avec la popularité croissante de la "session IPA" - un style que de nombreux taxonomistes de la bière s'empressent de souligner n'est qu'un autre nom pour une bière blonde américaine - et la popularité de l'entrée de Stone dans la mode avec Go To IPA, beaucoup ont remis en question la nécessité pour une pale ale et une SIPA dans la gamme de la brasserie. Pale Ale 2.0 et Go To IPA sont en fait très complémentaires. La session IPA est à la fois plus légère et plus amère que la Pale, et cette dernière est une excellente alternative pour les buveurs rebutés par le corps extrêmement léger Go To.

Alors que la bière Stone originale mise au pâturage était un peu triste, la nouvelle que la brasserie reformulerait également sa ruine révolutionnaire a suscité des cris d'angoisse de la part des nombreux fans dévoués de la double IPA. Ruination était un assaut de houblon résineux qui réussissait toujours à afficher les subtilités florales et fruitées des variétés de houblon américaines pour ceux qui pouvaient dépasser les premiers coups de langue. Pourquoi Stone se moquerait-il de ce qui pourrait être la bière la plus parfaite de son catalogue ?

Le marché du houblon et les progrès du brassage artisanal ont conduit à la reformulation, et la nouvelle Ruination utilise des variétés de houblon plus modernes et certaines des techniques que Stone a développées pour mettre le plus de saveur de houblon dans une bière. Les résultats ne sont en fait pas si éloignés de la recette originale.

Ruination 2.0 est toujours un assaut soutenu de houblon sur votre palais qui commence par un punch stupéfiant de saveur de houblon résineux avant de faire voyager votre langue à travers une myriade de saveurs de fruits et se terminant par une longue finale amère. C'est différent de l'original, bien sûr, mais les changements sont subtils et seront probablement oubliés d'ici la fin du verre.

Bâtard arrogant vieilli en fût de bourbon

La dernière nouvelle Stone Beer n'est pas tant une reformulation qu'une réalisation de ce qu'une vieille bière aurait dû être. Stone a supprimé la variante Oaked Arrogant Bastard de ses offres toute l'année à la fin de l'année dernière, et la nouvelle version Bourbon Barrel Aged de la signature américaine Stone Ale est entrée dans la famille des bières vantardes. Et c'est la bière rare qui peut réellement être à la hauteur du battage médiatique (même la copie marketing tristement hyperbolique de Stone).

La nouvelle Pale Ale est un peu décevante, mais c'est un écart compréhensible par rapport au classique, et la nouvelle Ruination est dans la veine de "rencontrer le nouveau patron, comme l'ancien patron", mais ce nouveau membre de la gamme Bastard va pour épater les fans de bourbon-beer.

Il a le caractère de malt caramel profond et l'amertume de houblon agressive de l'Arrogant Bastard classique, mais au lieu de la subtile qualité de chêne de la variante Oaked abandonnée ou de l'écrasant coup d'alcool de tant de bières vieillies en fût de bourbon, Bourbon Barrel Aged Arrogant Bastard a l'équilibre. Il y a un caractère de baril intense mais seulement un soupçon de chaleur de whisky. Vous pouvez réellement goûter l'omble et le bois et le malt et le houblon. L'infusion est légèrement inférieure à 8% d'alcool, ce qui est assez faible pour une bière vieillie en fût de bourbon, mais cela signifie que vous pouvez en fait profiter d'une bouteille entière sans vous faire sauter le palais (ou avoir besoin de faire une sieste).

Stone est méfiant quant au processus de création de la nouvelle variante Bastard toute l'année, mais la bière est désormais disponible en six paquets de bouteilles de 12 onces et à la pression. C'est un incontournable pour les fans de Bastard et les fans de bière en fût de bourbon. En fait, c'est un incontournable pour à peu près tout amateur de bière artisanale.


Ce médecin prescrit à la fois des médicaments et des recettes à base de plantes

Le nouveau livre de cuisine de Linda Shiue, "Spicebox Kitchen", fait le lien entre son expertise médicale et la joie de cuisiner des repas sains et accessibles.

Le nouveau livre de cuisine de Linda Shiue, "Spicebox Kitchen", fait le lien entre son expertise médicale et la joie de cuisiner des repas sains et accessibles.

Le nouveau livre de cuisine de Linda Shiue, "Spicebox Kitchen", fait le lien entre son expertise médicale et la joie de cuisiner des repas sains et accessibles.

Le nouveau livre de cuisine de Linda Shiue, "Spicebox Kitchen", fait le lien entre son expertise médicale et la joie de cuisiner des repas sains et accessibles.

Le nouveau livre de cuisine de Linda Shiue, "Spicebox Kitchen", fait le lien entre son expertise médicale et la joie de cuisiner des repas sains et accessibles.

Dans cet épisode du podcast Extra Spicy, le Dr Linda Shiue raconte comment elle a commencé à prescrire des chips de chou frisé aux patients et son nouveau livre de cuisine, "Spicebox Kitchen", qui relie son expertise médicale à la joie de cuisiner des repas sains et à base de plantes. Elle parle aux animateurs Soleil Ho et Justin Phillips de son parcours de médecin à chef, de l'ancienne tradition de la nourriture en tant que médicament et du pouvoir du carnet d'ordonnances pour motiver les patients à adopter de meilleures habitudes alimentaires.

Écoutez l'épisode en cliquant sur le lecteur ci-dessus et faites défiler vers le bas pour lire une transcription éditée de la conversation de Soleil Ho et Justin Phillips avec Linda Shuie.

Voici une transcription partielle de l'interview de Soleil Ho et Justin Phillips avec Linda Shuie, éditée et condensée pour plus de clarté. L'entretien a eu lieu le 26 février.

Soleil Ho : Donc, une anecdote dans Spicebox Kitchen que j'adore est votre histoire de prescription de chips de chou frisé comme recette à un patient. Et j'ai l'impression que c'est un si bon résumé de ce que vous faites. Voudriez-vous nous raconter cette histoire ?

Linda Shiue : Je cherchais donc littéralement un autre outil dans mon sac de médecin figuratif. Et je pensais que tout ce que je faisais était d'écrire plus d'ordonnances pour plus de médicaments contre l'hypertension, le cholestérol ou le diabète. Et bien sûr, nous devons le faire, mais je me suis dit, à quoi d'autre puis-je l'utiliser ?

Il y a un pouvoir distinct dans la signature d'un médecin sur un bloc d'ordonnances et ce qu'il dit dessus qui ne devient pas un mandat, mais une recommandation très forte et très officielle. Et donc, comme une sorte d'expérience, j'ai pensé, d'accord, je vais essayer ça avec un patient que je connais bien, et qui, je sais, a le sens de l'humour, pourrait ne pas se sentir vraiment bizarre par ça.

Et je me souviens que ce patient était un gars qui ne travaillait pas professionnellement dans l'alimentation, mais il aimait la nourriture et il était bénévole au marché fermier local. Il a eu beaucoup de problèmes avec toutes les maladies chroniques liées à la nourriture comme la tension artérielle et le cholestérol, et je pense qu'il était pré-diabétique.

Et donc dans la plupart des visites que j'ai eues avec lui au fil des ans, c'était un peu comme, &ldquookay, la tension artérielle va bien, votre cholestérol est encore un peu élevé, bla, bla, bla. tu dois perdre du poids, sinon tu vas avoir le diabète un jour bientôt. » Alors j'ai pensé, « d'accord, je suis plus intéressé à entendre les détails de ce qu'il mangeait. Qu'est-ce qu'il aimait dans le marché fermier ?&rdquo

Et alors il m'a dit le week-end d'avant qu'il y avait tous ces grands champignons. Et il m'a longuement raconté combien il aimait les cuisiner avec beaucoup de beurre. Et il était très excité. Et quand vous essayez de vous connecter avec quelqu'un à propos de quoi que ce soit, ce moment d'excitation est votre ouverture, n'est-ce pas ?

Alors il était excité et parlait de son genre de recette, de sa façon d'apprécier les produits, ce qui est génial. Les champignons sont super. Et alors j'ai dit, &ldquotthat sonne vraiment bien. Quels autres légumes aimes-tu ?&rdquo Et il dit, &ldquoOh, tu sais, je sais que tu vas me dire de manger plus de légumes verts. Je ne les aime pas vraiment.» J'étais comme, &ldquo êtes-vous un casse-croûte salé ou un casse-croûte sucré ?» Et il est comme, &ldquooh ouais, des chips. Je mange juste des chips toute la nuit quand je regarde la télé.&rdquo Et j'étais comme, &ldquowell, j'ai une idée pour toi.&rdquo C'est ainsi que les chips de chou frisé sont nées.

J'étais comme, et si vous aimez les chips, pourquoi n'essayez-vous pas cette recette de chips de chou frisé ? Ils auront cette même satisfaction salée que vous aimez des chips. Ils ne seront pas aussi croquants, mais ils seront croustillants et ils seront bien meilleurs pour vous. Et je pense que cela pourrait être un moyen de commencer à profiter des légumes verts.&rdquo

Et il était comme, &ldquohuh?&rdquo Mais il n'était pas offensé. Il était intrigué. Parce que c'était un peu comme si je parlais sa langue avec ça et ce n'était pas juste une leçon de, &ldquo tu dois arrêter de faire ça. Plus jamais de chips pour vous.&rdquo

Alors ça m'a enhardi. Et puis j'ai proposé ma deuxième recette pour le snacker sucré. Souvent, lorsque cette personne gourmande mange quelque chose sans réfléchir pendant qu'elle regarde la télévision le soir, c'est de la crème glacée. Et c'est donc devenu une recette pour la crème Banana Nice où vous congelez simplement des bananes mûres qui, autrement, entreraient dans le pain aux bananes pandémique. Et vous pouvez ajouter n'importe quoi : noix, chocolat, baies, épices.

C'est une autre chose, pas seulement toucher les gens quand ils se sentent excités ou émotifs, mais faire quelque chose qui ne va pas un peu attire l'attention des gens.

Soleil Ho : Oh, wow. C'est très avant-gardiste, non ? C'est ainsi que l'avant-garde atteint aussi les gens, juste en les faisant paniquer.

Il semble que ce que vous pratiquez, par exemple, c'est que vous allez chez le médecin et qu'il vous donne un document qui dit de manger plus de légumes-feuilles et ce genre de choses. Ce que vous faites, c'est dire aux gens comment manger les légumes verts, essentiellement ? Est-ce que c'est ça?

Linda Shiue : C'est essentiellement ça. Je n'ai pas eu besoin d'aller à la faculté de médecine pour dire aux gens comment cuisiner des légumes verts, n'est-ce pas ? Je n'avais pas du tout besoin de faire ça. Et pourtant, je pensais que c'était en fait l'innovation la plus puissante que j'ai faite en tant que médecin.

Il y a beaucoup de médecins qui auraient pu le faire, mais la plupart des médecins ne le font pas. Et j'ai pensé, comme pour toute autre chose, nous sommes tous sujets à une surcharge d'informations. On nous donne tous trop de dons. Il y a trop de courriels. Quelle partie de cela lisez-vous et retenez-vous réellement ?

Et même si vous le souhaitez, disons que vous êtes le patient à qui l'on dit de manger plus de légumes-feuilles, vous regardez la liste et vous vous dites, &ldquookay, je suppose que je vais ramasser certaines choses quand je vais à l'épicerie.&rdquo La prochaine fois que vous l'apporterez à la maison. Et vous êtes un peu comme, &ldquough, je n'ai pas l'habitude de manger ça. Que dois-je faire avec ça ?&rdquo Et puis il faudrait beaucoup plus d'étapes pour passer de ce genre de cuisinier non-maison, ou qui ne cuisine pas de légumes à, &ldquoJe suppose que je vais chercher une recette,&rdquo à &ldquoI Je suppose que je vais trouver comment cuisiner cette recette, n'est-ce pas ? Une recette n'est encore qu'une liste d'instructions et d'ingrédients.

Et alors j'ai pensé, pourquoi ne pas supprimer les intermédiaires ? Laissez-moi vous montrer, laissez-moi vous inspirer. Si vous mangez ceci et que vous aimez cela, vous le ferez une fois que vous aurez vu à quel point c'est facile une fois que vous l'aurez fait. La beauté d'enseigner, de cuisiner, ce qui est si excitant pour moi, c'est qu'on fait des erreurs tout le temps et ce n'est pas une catastrophe. Ce n'est pas la fin du monde. C'est une opportunité d'apprentissage.

Les gens n'ont pas besoin d'être nourris à la cuillère. C'est pour être comme, &ldquocome avec moi. Viens cuisiner à côté de moi et nous trouverons ça ensemble et nous assurerons que vous aimez manger ça.&rdquo


El Segundo Brewing Co. lance la bière Day One, mise en bouteille et transportée par camion le même jour

Rob Croxall verse un échantillon de Grand Hill directement du réservoir.

Mercredi, à El Segundo Brewing Co., c'était le calme avant la tempête. Un brasseur solitaire marchait tranquillement dans la brasserie tandis qu'une poignée d'autres employés se réunissaient pour passer en revue la logistique finale de la sortie de Grand Hill IPA vendredi. La brasserie à croissance rapide de 4 ans à l'ombre de l'aéroport international de Los Angeles s'est taillé une réputation auprès de certaines des meilleures IPA de style côte ouest de la région, et Grand Hill recevra le traitement Day One de la brasserie vendredi. .

Le programme Day One signifie que le nouveau lot de bière sera mis en bouteille et acheminé par camion vers des comptes à travers le Southland pour être vendu le même jour. Également disponible en bouteilles et en fûts au bar le vendredi, Day One garantit que les hopheads peuvent goûter à la bière la plus fraîche possible.

Presque tous les employés de la brasserie sont impliqués dans la sortie, et la logistique de la coordination d'une douzaine de camions de livraison visitant les magasins de bouteilles de Ventura à San Diego est un défi, mais le directeur des ventes et « faiseur de pluie » d'El Segundo, Thomas Kelley, sait que c'est une entreprise qui en vaut la peine.

"C'est l'idée que nous pouvons obtenir le produit de la meilleure qualité dans le verre du consommateur final", dit-il.

D'autres réservoirs en acier inoxydable sont attendus à la brasserie dans les semaines à venir, et le propriétaire et maître brasseur Rob Croxall a déclaré: "Nous sommes à peu près au maximum ici" après ces ajouts. "Ensuite, il sera temps de décider ce que nous voulons être quand nous serons grands", ajoute-t-il, faisant allusion aux choix difficiles d'assumer des coûts d'investissement massifs pour l'expansion et à la hausse rapide des loyers dans sa ville natale d'El Segundo.

"Je ne suis pas branché pour payer 3 $ par pied carré pour un espace d'entrepôt, mais je suis moins branché sur [devenir]" El Segundo Brewing of Gardena. ""

L'espace de la brasserie sur Main Street a également récemment agrandi sa salle de dégustation, passant du bar souvent à l'étroit et étouffant, parfois mur à mur avec les fans locaux de la marque, à une zone plus spacieuse creusée dans le bâtiment à côté de la brasserie. La taproom est un lieu de prédilection pour les habitants et l'une des plus grandes sources de revenus de la brasserie. Croxall dit que son plan d'expansion idéal déplacerait la brasserie de production du bâtiment de la rue principale pour faire de la place à une salle de vente beaucoup plus grande et à davantage de bières uniques et expérimentales.

Alors que l'ESBC est un favori local parmi les amateurs de bière artisanale de L.A., les bières emblématiques de la marque, telles que Citra Pale Ale, Mayberry IPA et Hammerland Double IPA, ont également valu à la brasserie une renommée nationale. Hammerland a remporté le prix Best in Show au prestigieux Bistro Double IPA Festival lors de la San Francisco Beer Week l'année dernière, et les critiques soumises par les utilisateurs sur des sites Web de bière comme Untappd et Beeradvocate montrent que les bouteilles parcourent le pays dans des emballages et des échanges entre amateurs de bière. Kelley souhaite capitaliser sur le buzz national en organisant des sorties ponctuelles de bouteilles dans des territoires lointains.

"Je cherche à faire une boutique IPA au niveau national", dit Kelley. «Allez [to a select market] et organisez trois ou cinq événements par semaine, et ayez des bouteilles dans 10 ou 15 magasins. Faites la promotion et voyez ce qui se passe. Taquiner le marché. Je pense que ce sera amusant et je pense que cela va construire notre identité nationale. »

Un fan local de la brasserie, l'ancien lutteur de la WWE "Stone Cold" Steve Austin aide également à faire connaître El Segundo Brewing. Il est tombé amoureux du produit phare de la brasserie Mayberry IPA et est devenu un habitué de la salle de dégustation avant d'inviter Croxall dans un récent épisode de son podcast. L'interview couvre les débuts de Croxall en tant que brasseur amateur à la recherche d'un moyen de sortir d'un emploi dans la finance, son expérience à l'école de brassage de l'UC Davis et ce qui rend les bières d'ESBC uniques. Écoutez l'émission ici.

Alors que Croxall et Kelley pouvaient parler des détails, ils ont dit qu'ils travaillaient avec Austin sur un projet spécial, et les détails de la collaboration devraient être disponibles bientôt.

D'ici là, préparez-vous pour Day One: Grand Hill, qui sortira vendredi dans les magasins de vente de bouteilles et de bouteilles de Los Angeles.


Weihenstephan lancera des canettes sur le marché américain en 2021

Weihenstephan, la plus ancienne brasserie du monde, est ravie d'annoncer qu'elle lancera des canettes aux États-Unis par l'intermédiaire de l'importateur Total Beverage Solution en 2021. Le produit phare de Weihenstephaner, Hefeweissbier, ainsi qu'une toute nouvelle lager, Weihenstephaner Helles, seront disponibles en canettes à partir de janvier 2021. Les canettes présentent un nouveau design qui s'inscrit dans l'héritage de la brasserie vieille de 980 ans, avec un clin d'œil à l'innovation de la brasserie.

« Nous sommes ravis d'offrir des canettes pour le marché américain alors que nous continuons d'évoluer en tant que marque pour répondre aux besoins de nos consommateurs et du marché américain de la bière en évolution rapide, sans sacrifier la qualité de nos bières. » déclare Marcus Englet, vice-président Export de Weihenstephan. “C'est une excellente occasion pour nos amoureux actuels et nouveaux de la marque de profiter de Weihenstephan dans de nouveaux lieux qui auraient pu être restreints auparavant, car ils n'offraient auparavant que des bouteilles en verre ou des bières pression. Nous sommes ravis de lancer notre Weihenstephaner Helles aux États-Unis après avoir enregistré une croissance positive en Allemagne et alors que la demande de produits faciles à boire augmente aux États-Unis.

Tous les produits Weihenstephaner sont brassés selon le Reinheitsgebot, en utilisant uniquement de l'eau, du houblon, de la levure et du malt. Avec du houblon de qualité supérieure de la célèbre région de Hallertau et du malt des malteries bavaroises dédiées aux normes les plus élevées, la promesse de Weihenstephan n'est pas seulement d'être la plus ancienne brasserie du monde, mais l'une des meilleures. Une promesse que vous pourrez déguster encore et encore. Les canettes offriront un niveau supplémentaire de protection contre les rayons UV et l'oxygène, préservant le bon goût de Weihenstephaner Hefeweissbier et Helles. The US market will be the only export territory for Weihenstephan that will offer cans, and they will be available in 6 x 4 x 16.9 oz format.

“We’re excited for the cans to launch in 2021. The new package offering will be a great compliment to the core lineup in the US market, and we’re excited to increase the brand presence for Weihenstephan across the 50-state footprint in all types of accounts,” says Dave Pardus, CEO of Total Beverage Solution. “The addition of Weihenstephaner Helles to the lineup is going to give the brand an opportunity to compete in the lower ABV product landscape, which has continued to grow in the US.”

Weihenstephaner Hefeweissbier is the #1 Selling German Wheat beer in the US market. The benchmark of the Hefe style, it is golden yellow and full-bodied with aromas of cloves. Finishing clean with a refreshing banana flavor that makes you want to take another sip.

Weihenstephaner Helles was first introduced in May 2020 to Germany after a full year of preparation to fine tune the recipe for release. Winning Gold at the European Beer Star awards in Fall 2020, Weihenstephaner Helles is a 4.8% ABV Session Helles Lager that is an easy drinker with full flavor. Brewed with Bavarian malting barley and aroma hops from the Hallertau. A crowd pleaser with a light body and clean crisp finish, that will make you want to crush another.


The Single Beer That Dominated Egypt for More Than a Century

In 1921, the two oldest commercial breweries in Egypt joined forces to produce Stella, a lager branded in Italian, brewed with European techniques, and sold at a price fit for the Egyptian market. Through two world wars, decolonization and multiple regime changes, Stella has endured and remains the most dominant beer in the Egyptian market today.

“Stella beer [is] an inseparable part of Egyptian culture,” writes Dr. Omar Foda in Egypt’s Beer: Stella, Identity, and the Modern State. Unlike neighboring countries where microbreweries compete with big names and foster local craft beer scenes, the Al Ahram Beverages Company, which produces Stella, maintains a “de facto monopoly” in Egypt, says Foda.

Stella’s rise can be traced back more than a century to when separate Belgian businessmen founded Crown Brewery in Alexandria in 1897, and Pyramid Brewery in Cairo in 1898. The two breweries quickly became the largest in Africa.

When the two beermakers decided it was no longer sustainable to vie for dominance as direct competitors, they negotiated a lucrative partnership. Stella was the fruit of that union. The new product hit the market just in time for the 1920s, when nightlife in Cairo rivaled that of cosmopolitan metropolises like Berlin and New York.

“It would be fair to say there was a robust drinking culture in the 1920s and 1930s in Egypt, and beer had a particular place in it,” says Dr. Raphael Cormack, author of the forthcoming book Midnight in Cairo: The Divas of Egypt’s Roaring 󈧘s.

“The really seedy dive bars of Cairo were known for serving hard liquor, especially Cognac, often of quite dubious quality,” he says. “Cabarets and music halls were keen to provide their customers with Champagne. I get the sense that beer had a more genteel reputation and was served in the nicer kinds of cafés.”

Stella’s influence looming large at El Horreya Cafe, Cairo / Alamy

Demand for Stella boomed among tourists, locals, foreign residents and the British soldiers who occupied Egypt until 1956. Recognizing its success, Heineken invested in Crown and Pyramid Breweries in 1937. The goal for Heineken was twofold: to grow the local market, and use its new foothold in Egypt as a jumping-off point for further expansion into the Middle East and Africa.

Their investment paid off in the short-term. Within two decades, Heineken had bought or invested in breweries in Jordan, Lebanon, Syria, Morocco, Sudan and Congo. Profits in Egypt were up, and no one had managed to seriously challenge Crown and Pyramid.

One would-be competitor in the 1950s, an upstart called Nile Brewery, alleged that Crown and Pyramid “were using illegal practices to keep competitors out,” says Foda, though he remains unable to verify the claims.

Whether it was business savvy or sabotage, “these two breweries slowly but surely pushed out other brands,” he says. Nile Brewery eventually went bankrupt.

Heineken’s luck in Egypt turned to disaster in 1963 when the country’s president Gamal Abdel Nasser nationalized Crown and Pyramid Breweries. Heineken was forced to forfeit its shares while the breweries were consolidated. The company became Al Ahram, meaning “the pyramids.”

“Nationalization accelerated a trend that was already taking place: the increasing dominance of Pyramid and Crown Breweries’ joint venture, Stella,” says Foda. Brewers managed to maintain the quality of the beer despite restrictions on imports and wild swings in the Egyptian economy over the next few decades, which ensured Stella’s continued popularity.

Other breweries that tried to break into the market never fared much better than Nile Brewery had in the 1950s. Al Ahram Beverages Company was privatized again in 1997, under Egyptian-American businessman Ahmed Zayat. When a pair of men who had failed in their own bid to privatize the company founded a rival brewery, the brewing giant bought them out before their products even made it to market.

When a member of the multi-billionaire Sawiris family bankrolled a brewery in El Gouna in 1999, they managed to hang on for just two years before being acquired by Al Ahram.

“More than a century of history and strong leadership…has meant almost complete market dominance,” says Foda. While the situation may be grim for startups, Stella is still cherished in Egypt. It’s as a rare constant in a tumultuous modern history.


Your Next Dinner Should Be This Family-Style Thai Feast

Sarah Yenbamroong had just managed to pack up her entire life and squeeze it into her tiny Acura when she got a text from her then-boyfriend, chef Kris Yenbamroong: "Hey, I need you to save some room in your trunk for wine." It was 2011, and Kris was flying out from Los Angeles to New York City to pick up Sarah and help her move across the country𠅋ut accommodating his request meant sacrificing an entire suitcase of shoes. The couple stopped by The Ten Bells, a natural wine bar in Lower Manhattan, and picked up three cases of wine from Noëlla Morantin before hitting the road. "I was bitter he took up so much space in my trunk," she says with a laugh.

The story is emblematic of how far Kris, a 2016 F&W Best New Chef, is willing to go to source bottles for the now-married couple&aposs Thai restaurant, Night + Market (and its three offshoots, including a new location in Las Vegas). The restaurants, which are known for no-rules, high-impact Thai cooking, have long had some of the best and most boundary pushing wine lists in the country. They have also earned two James Beard Award nominations in the Outstanding Wine Program category for their curation, which reflects Kris&apos passion for natural wines and small producers.

Tender wide rice noodles pick up color and peppery, meaty flavor when charred in a wok with thick slices of pastrami. This speedy, flavor-packed dish cooks up quickly, so have all the ingredients at the ready before heating the wok.

Kris&apos infatuation with natural wines dates back to 2008, when there were only a handful of spots stocking them in L.A. and even fewer distributors. To build his collection, Kris would embark on wine-sourcing trips to France, where he would show up at a winemaker&aposs doorstep, saying, "Hi, my name is Kris. I have a restaurant we pour your wine. I was hoping to meet with you and taste." It was also in 2008 that he took over his family&aposs now-shuttered Thai restaurant, Talésai. Excited to serve the obscure wines that he loved so much, Kris put them on the wine list.

He quickly ran into trouble. "I had to compromise with everything and try to balance what had existed for 25 years and satisfied the existing customer, while also trying to do this new thing," he says. "That never works out." Kris also found himself up against rigid notions of what wines could pair with Thai food. "There&aposs no shortage of Asian restaurants that have an extensive Riesling list," Kris says. "I don&apost need to be another one of those."


Briefcase : Brazilian Brewer's ADRs Soar Amid Market Boom

Brazil's beer market is booming, in recent weeks fueling a more-than 25 percent surge in the price of dollar-denominated American depositary receipts of Companhia Cervejaria Brahma, Brazil's biggest brewery. With economic reforms putting more spending money in their pockets, Brazilians consumed about 6 billion liters (1.5 billion gallons) of beer in 1995, a 20 percent leap over the previous year. Consumption is expected to hit 10 billion liters by 2000.

Brahma is Brazil's most popular beer, with about 50 percent of the market. The giant brewer is also the Mexican distributor for an American beer, Miller's Genuine Draft Beer, and operates breweries in Argentina and Venezuela. It is also a major player in the soft-drink market

William Landers, who follows Latin American beverage companies for Lehman Brothers in New York, said the run-up in Brahma's depositary receipts was set off when its competitors announced 35 percent higher sales for the fourth quarter of last year.

Brahma's figures will be released in March, but professional money managers are betting that it will do as well, if not better.


Voir la vidéo: AZALI KO BANGISA FELIX BOYE PO BA KOMA LOKOLA BA IMBUA FCC EN MARCHE (Décembre 2021).